TAKEOVER – METAL EDITION

15 avr. 2024
TAKEOVER – METAL EDITION

Article en Français
Auteur: Pablo Chimienti

Avec le projet Takeover, c’est une toute nouvelle expérience que tentent, ensemble, le Grund Club et le Rocklab de la Rockhal. Autrement dit des soirées dédiées à la rencontre entre le songwriting et un genre musical donné, entre le patrimoine et le live, entre les chansons des uns et les interprétations des autres… La première édition, qui se tiendra ce samedi 20 avril, est dédié au métal. Attention, ça va faire du bruit !

« Vos hits luxembourgeois préférés comme vous ne les avez jamais entendus » peut-on lire sur le site internet de la Rockhal à la page dédiée à la soirée Takeover – Metal edition qui se tiendra le 20 avril dans la petite salle du Floor. Et si le principe rappelle celui du Grund Club, cela n’a rien d’un hasard ; c’est bien le projet lancé en 2016 par Lata Gouveia qui se trouve derrière cette nouvelle aventure.

« Pour nous, le but est d’élargir la notion de songwriter, qui ne se limite pas à un chanteur ou une chanteuse avec sa guitare ; et aussi casser l’idée qui voudrait que les bands ne pourraient pas faire partie » lance le musicien, par ailleurs directeur artistique du Grund Club. Il poursuit : « Notre objectif a toujours été d’aller chercher de belles chansons du répertoire national et de leur donner une nouvelle vie à travers d’autres artistes. Notre espoir était toujours que ces artistes finiraient par reprendre ces morceaux qu’ils n’ont pas écrits dans leur propre répertoire, mais cet aspect-là n’a pas trop fonctionné car, je pense, c’était toujours des chanteurs invités qui travaillaient, dans ce cadre, avec le House band du Grund Club. C’était le House band qui faisait les arrangements – des arrangements faits par des profs de musique et finalement assez académiques, très beaux, très propres, mais qui sonnaient toujours comme des combos du conservatoire. Je crois que ça n’attirait pas trop les jeunes. En plus, ce fonctionnement excluait les musiciens qui jouaient d’autres styles de musique. On a donc décidé de repenser le concept, avec nos partenaires de la Rockhal, et au lieu d’avoir un House band, on s’est dit qu’on allait travailler directement ces covers avec les artistes qui ont les sonorités qu’on cherche ».

 

« Tous revisités à la sauce métal ! »

 

Fini donc les arrangements jazzy ultra-propres, place aux réécritures qui font du bruit, pleines de distorsion, aux BPM survitaminés, aux riff de guitares qui assourdissent, aux voix saturées… Après tout, quitte à sortir des sentiers battus… « Qu'il s'agisse d'hymnes rock, de bangers pop, de tubes à succès, de ballades classieuses ou de chansonnettes nostalgiques, ils seront tous revisités à la sauce métal ! » note-t-on sur le site de la Rockhal. « Pour signaler notre ouverture à des groupes, et non plus seulement à des singer-songwriters, nous avons choisi un style qui ne rentre habituellement pas dans le concept Grund Club, le métal. C’est un style de musique qui ne peux pas se faire en solo et qui est emblématique de la composition en groupe » souligne le responsable.

Lata Gouveia a alors travaillé avec Hugo Nogueira, guitariste et chanteur de Lost in Pain et Praetor, par ailleurs membre du Grund Club, « qui est un peu notre ambassadeur dans la scène métal ». « Il connaît bien notre concept et est capable de l’expliquer à ses amis de la scène métal bien mieux que quiconque » explique le frontman du Lata Gouveia Band. C’est donc Hugo Nogueira qui a proposé une liste de groupes qui « pourraient être ouverts à ce projet et à ce challenge. Il nous a mis dans la bonne direction, montré la bonne approche, dit comment leur expliquer les choses… »

Résultat des courses ce sont Blanket Hill, Fusion Bomb et Praetor qui seront sur la scène du Floor pour cette première édition des soirées Takeover avec, pour mission de délaisser, une fois au moins, leurs créations et de mettre en avant quatre chansons du patrimoine grand-ducal. Une fois le principe accepté, ils ont eu carte blanche… ou presque. « Les groupes ont choisi les morceaux qu’ils vont jouer », reprend le directeur artistique de la soirée, « On ne leur a rien imposé, car le défi est déjà assez compliqué, mais nous les avons gentiment poussés à sortir du métal et choisir des trucs un peu plus pop, rock, etc… »

 

« Nous avons vraiment adoré le concept »

 

Du coup, pendant la soirée, les spectateurs pourront redécouvrir des morceaux de Ronny Riff, Brooze, Eternal Tango, Nazz Nazz, Cool Feet, Exchange, Mad Fox, Desdemonia, Rise Up, Moof même deux chansons de Colette a Fernand – Neen déi Schnëss dans une version Blanket Hill et D’Hechtercher aus der Stad dans une réécriture de Fusion Bomb. Un sacré challenge pour des métalleux, dont la communauté tient souvent à ses spécificités et son authenticité. « C’était très intéressant de voir à quel point les groupes étaient ouverts pour essayer de nouvelles choses. Il faut bien comprendre que ce projet n’est pas juste ajouter une cover dans une setlist de concert; c’est quelque chose qui demande beaucoup de travail, beaucoup de répètes. Il faut vraiment adapter les chansons à la manière de jouer du groupe et démontrer à quel point on peut prendre une chanson et la transformer. C’est presque comme la réécrire » souligne Lata Gouveia, qui précise : « Là, ils ont vraiment osé ! »

Osé et pris du plaisir à en croire les premiers intéressés. « Nous avons vraiment adoré le concept. Non seulement il honore certains grands classiques de la musique luxembourgeoise, mais, en plus, il met également en lumière la scène métal luxembourgeoise, qui le mérite » explique Rick, de Blanket Hill. « Donc pour nous, c'était une évidence d'en faire partie » ajoute-t-il. Noémie, de Praetor, précise pour sa part : « Ce fut un défi que de reprendre en version métal ces chansons entrées dans le patrimoine musical grand-ducal. On voulait absolument respecter le matériau de base tout en l’adaptant suffisamment à notre style ». Et Rick de poursuivre : « Le processus de réécriture et de répétition des chansons a été très amusant ; et entendre lentement les chansons s'assembler dans notre propre style était très satisfaisant ».

Et du côté des groupes dont les chansons seront reprises, qu’en pense-t-on ? « Nous sommes honorés qu'un groupe joue notre chanson » répond laconiquement Alex Heyar, de Moof, quand on lui pose la question. En ce qui les concerne, c’est Praetor qui réinterprétera leur Béise Jong, sortie en 2009. Et les autres ? « Les auteurs ont tous été très réceptifs, » assure Lata Gouveia. « Quand on écrit des chansons, notre but c’est qu’elles existent. Le marché luxembourgeois de la musique fait qu’une fois les morceaux sortis, on les joue un temps sur scène et après, malheureusement, ils disparaissent pour ainsi dire très vite. Ça fait donc toujours plaisir quand quelqu’un les reprend ».

Et ce sont 12 de ces chansons patrimoniales qui seront reprises par trois groupes de métal différents qui sont au programme, ce 20 avril à la Rockhal, à l’occasion de ce premier Takeover. Et pour la suite ? « On va voir comment  ça marche », assure Lata Gouveia. « Si ça marche bien, on reproposera probablement le même concept avec d’autres styles de musique : l’électro, le punk, la pop ou qui sait quoi encore… Il y a plein de styles qu’on pourrait imaginer avec ce projet. Mais on veut d’abord apprendre de cette première édition et voir les retours de la famille du métal pour fignoler le concept ».

Quoi qu’il en soit, que les fans de la première heure se rassurent, le projet Takeover ne signifie nullement la fin du Grund Club. Bien au contraire, assure le directeur artistique. « Le Grund Club continue. Pour cette année, on a un nouveau site internet qui propose un système, pour lequel on travaille avec la SACEM et la Bibliothèque nationale, où tous les songwriters du Luxembourg pourront inscrire leurs chansons. Le but est de devenir une archive national des chansons écrites au Grand-Duché. Il y a donc un grand travail qui a lieu derrière les coulisses pour mettre en place cet important aspect institutionnel. Et puis, on continue avec nos « open mic » mensuels à Luxembourg-ville ».

 

TAKEOVER – METAL EDITION

Samedi 20 avril à 20h au Floor de la Rockhal.

 

https://rockhal.lu/shows/takeover-metal-edition-rockhal/

http://www.grundclub.com

ARTICLES