Le bon gros géant de Bettembourg

Le bon gros géant de Bettembourg

22 jan. 2021
Auteur: Pablo Chimienti

Né dans la perspective d’Esch2022 Capitale européenne de la Culture, De Ris geet op d’Rees est un double projet artistique avec d’un côté une bande dessinée du duo Lucien Czuga-Andy Genen et de l’autre un appel à projet pour artistes plasticiens et installateurs, autour du géant du parc Merveilleux de Bettembourg.

Quand on pense à Bettembourg, on pense souvent au chemin de fer – la ville est un maillon primordial dans le transport ferré national et européen – et au parc Merveilleux. Alors, quand la commune a commencé à chercher un symbole pour la représenter dans le cadre d’Esch2022 - Capitale européenne de la Culture, les regards se sont vite tournés vers le géant du parc d’attraction, de Ris.

« C’est un personnage que tout le monde connaît, peu importe l’âge, le statut social, que l'on soit résident ou frontalier » note Patrick Hurt, en charge de la communication et de la culture auprès de la commune de Bettembourg. « Il n’est pas politique et fait passer un message très chaleureux » ajoute celui qui coordonne le projet De Ris geet op d’Rees au niveau communal.

Un projet né à l’initiative de l’asbl « Les trésors de la BD », créée pour gérer l’importante collection de Charel Bauer. « Ce sont eux qui ont eu l’idée de faire une BD sur le Ris et qui nous ont proposés Andy Genen et Lucien Czuga pour la réaliser ». Les deux compères ont déjà de nombreux albums à leur actif : De roude Puma, Dem Junior seng Aventuren, Tow & Tank pour le premier, Jimmy, De Pechert, Hot Cuisine et surtout Superjhemp pour le second, sans oublier que le duo a déjà travaillé, de 2005 à 2009 sur la trilogie De leschte Ritter.


© Archives Parc Merveilleux - Commune de Bettembourg 

Un nouveau trésor pour la BD nationale

« Retravailler avec Andy, c’est comme retrouver une ex ! » lance le scénariste Lucien Czuga qui a imaginé un scénario de 46 pages pendant lesquelles le Ris se réveille, quitte le parc Merveilleux et traverse tour à tour les cinq sections de la commune de Bettembourg : Bettembourg, Abweiler, Fennange, Noertzange et Hucherange. Et que tout le monde se rassure, pas question de transformer le géant local en sorte de Godzilla grand-ducal. Bien au contraire: « Le géant dans son odyssée résoudra plusieurs problèmes et viendra en aide aux habitants de Bettembourg ». Le récit est né suite à une initiative lancée par la commune qui invitait la population à proposer au duo d’auteurs des éléments pour nourrir leur imaginaire : textes, photos, récits… Seule règle imposée par la commune : « faire démarrer le récit au Parc Merveilleux, traverser toute la commune de Bettembourg et terminer au centre-ville, au parc du château » souligne Patrick Hurt.

Un beau défi, assure Andy Genen, le dessinateur. : « Le géant fait 10 mètres de haut, quand il rencontre les petits animaux du parc, c’est un challenge énorme au niveau du cadrage pour que tout soit à l’échelle » en ajoutant, « avec Lucien on a retrouvé nos marques dès le début, comme si on s’était quittés seulement il y a quelques semaines ». Lui qui a par le passé dessiné la ville de Dudelange – Alex & Tun – et la capitale – Fortific(a)tion – a dû partir à la recherche des trésors de la commune de Bettembourg. « J’ai fait le tour avec mon appareil photo, j’ai découvert des endroits très inspirants, très beaux, des décors très intéressants au niveau graphique ». L’album, prévu en luxembourgeois, français et anglais, devrait sortir autour du 22 avril 2022, au début du « mois » de Bettembourg dans le cadre d’Esch2022.


© Andy Genen

Un géant dans la ville

Au même moment, la commune compte dévoiler le second aspect du projet De Ris geet op d’Rees, et pour lequel un appel à candidatures vient d’être publié : l’inauguration d’un parcours thématique avec des installations artistiques en plein air recréant différentes scènes de la BD, à des endroits qui ont inspiré une case de l’album. Sculptures, installations, land art… la commune reste ouverte sur la discipline ; elle insiste par contre sur une approche respectueuse de l’environnement que les artistes devront suivre.

Le trajet exact reste à être finalisé – le voyage du Ris, lui, fait plus de 20 kilomètres – tout comme les emplacements des futures installations. Un minimum de six stations thématiques devrait voir le jour, « mais ce sera probablement plus » notent les porteurs du projet. Cela dépendra des projets, des coûts de chaque proposition et du budget disponible.

Pour l’heure les responsables invitent les artistes intéressés à leur envoyer, avant le 31 janvier 2021, un CV, un dossier d’artiste et des visuels de leurs œuvres existantes. « Ensemble avec Andy et Lucien, nous allons ensuite déterminer les scènes clées de la BD que nous voudrons voir en installation et sélectionner les artistes qui nous semblent les plus à même de les réaliser » reprend Patrick Hurt. Quoi qu’il en soit, et quel que soit le style ou la discipline, Bettembourg compte bien installer de manière permanente le Ris dans l’espace publique de la commune. Voilà un projet géant !

Pour plus d’informations : http://literatour.lu/new/de-ris-geet-op-drees-fr/