Faire revivre le patrimoine industriel – Dans les coulisses du IK-CNCI

Faire revivre le patrimoine industriel – Dans les coulisses du IK-CNCI

04 juin. 2021
Auteur: Célia Turmes

L’ancienne usine sidérurgique de Dommeldange, la friche à Esch-Schifflange et la "Gebléishal" à Esch-Belval – autant d’exemples de sites industriels auxquels le IK – CNCI (Industriekultur – Centre national de la culture industrielle) dédie sa mission de réaffectation, de documentation et de médiation. Rencontre avec Laurie Kremer, Project Manager du CNCI, pour discuter de cette nouvelle asbl et de ses ambitions.

L’idée pour un centre national dédié à la culture industrielle remonte à 2008, année de la proposition initiale du concept. En 2017, l’idée prend forme avec la création du groupe de travail « Eise’Stol », créé dans le cadre de la candidature au label "Man and the Biosphere" pour la région du Minett. En 2019, cette dernière est constituée en association sans but lucratif « Industriekultur – CNCI asbl ». Un an après, une convention avec le ministère de la Culture est signée.

Avec un concept renouvelé et retravaillé, le IK-CNCI se veut désormais être un centre d’expertise pour le patrimoine industriel national et créer un réseau réunissant tous les acteurs actifs dans le domaine de la culture industrielle au sud du pays. L’ambition est d’élargir le réseau à un niveau national, puis international.

« Notre mission est de sensibiliser les gens au patrimoine de l’industrie au Luxembourg : notre économie d’aujourd’hui repose sur une longue tradition industrielle. »

Laurie Kremer (Project & Office Manager) & Marlène Kreins (Présidente) © Industriekultur-CNCI asbl

Laurie Kremer (Project Manager) & Marlène Kreins © Industriekultur - CNCI asbl

Au cours des deux derniers siècles, le bassin minier et plus particulièrement la sidérurgie étaient essentiels dans le développement économique du Luxembourg.

C’est dans la seconde moitié du XIXe siècle que la sidérurgie luxembourgeoise trouve son essor, notamment grâce au minerai de fer localisé au sud du Grand-Duché. Le pays devient un des premiers producteurs d’acier dès le début du XXe siècle, et l’industrie du fer reste longtemps le secteur le plus important de l’économie luxembourgeoise. C’est dans les années 70, avec la crise de l’acier, qu’elle cesse d’être prédominante, et le dernier haut fourneau s’éteint à Esch-Belval en 1997 avec une dernière coulée symbolique.  

« Nous désirons montrer la diversité de la région Minett et la faire découvrir au public. »

Ce qui demeure de cette économie autrefois fleurissante sont des friches industrielles abandonnées et oubliées. Que faire de ces sites désertés et comment reconstituer les histoires qu’ils racontent ? Le IK-CNCI ne se charge pas uniquement de valoriser différents sites et bâtiments industriels, mais aussi de leur redonner vie et de sauvegarder toute documentation historique.

C’est dans cette initiative de réaffectation que s’inscrit le projet « MinettREMIX », co-financé par Esch2022 – Capitale européenne de la culture. Le projet se focalise avant tout sur la mise en valeur de la région Minett et sur l’histoire du développement du paysage industriel luxembourgeois au cours des deux derniers siècles. Ensemble avec des partenaires comme Minett UNESCO Biosphere, l'Ordre des Architectes et des Ingénieurs-Conseils, l'Office Régional du Tourisme Sud, la Ville de Dudelange et divers autres sites partenaires du Sud, « MinettREMIX », l'asbl vise à établir le Centre national de la culture industrielle comme réseau de coopération durable qui guidera les publics intéressés vers les sites axés sur la culture industrielle dans les onze communes du Minett.

Hall Fondouq (ancien atelier central) à Dudelange © Industriekultur-CNCI asbl

© Industriekultur - CNCI asbl

Pour ce faire, une exposition centrale sera mise en place de mai à octobre 2022 dans le Hall Fondouq (ancien atelier central) et dans une partie de l'aciérie (« Stolwierkshal ») de l’ancienne usine sidérurgique de Dudelange alors réaménagée et réinvestie. Le public pourra y découvrir non seulement le site historique mais aussi des photographies et objets documentant différents aspects qui ont marqué la région du Sud ainsi que le rôle des femmes au sein de la société industrielle du Minett. Y sont également discutés les sujets de la migration, des paysages industriels et du sentier national « Minett-Trai » de la réserve de biosphère et ses gîtes.

À cette exposition s’ajouteront une série de conférences, de séminaires, d’interventions artistiques et d’activités pédagogiques mettant en lumière l’importance de l’industrie tout en s’adaptant à différents publics.

« Le but est de faire dialoguer le passé, le présent et le futur de la culture industrielle du Luxembourg. »

Le Centre national de la culture industrielle sensibilise le public luxembourgeois à l’histoire riche de son pays et souhaite donner accès à la culture industrielle. Il est possible de devenir membre de l’association et de participer à des groupes de travail ; une newsletter sera également mise en place.

Comment les retrouver :