Back to top
Author: julie.reuteragenceculturelle.lu
Auteur
ministère de la Culture

En date du 11 juillet 2019, la ministre de la Culture, Sam Tanson, et le directeur des affaires culturelles de la ville de Sarrebruck, Thomas Brück, ont inauguré l’exposition < peripher >, dans le cadre de la onzième édition de l’échange d’artistes Artmix à la galerie Konschthaus Beim Engel.

Jusqu’au 24 août 2019, les artistes Serge Ecker (LU), Karen Fritz (DE) et Sarah Niecke (DE) y exposeront leur travail, fruit d’une collaboration de 8 semaines qui s’est déroulée au Luxembourg (annexes du château de Bourglinster) et en Allemagne (Stadtgalerie, Sarrebruck).

La ministre a rappelé l’importance qui revient à ces échanges culturels et artistiques: «les collaborations transfrontalières ne représentent pas seulement une source d’inspiration et d’encouragement pour les artistes; ils parviennent également à enrichir notre vie culturelle, de part et d’autre de la frontière».

< peripher > est un projet collectif qui s’articule autour des phénomènes occasionnels, des endroits imperceptibles et des potentialités, tout en visant à briser la paralyse sociale. À la suite de cette exposition sur territoire Luxembourgeois, les trois artistes présenteront, dès le 12 septembre, leurs œuvres à la Saarländische Galerie à Berlin.

Biographies des artistes
Serge Ecker (né en 1982 à Esch-sur-Alzette) a étudié les sciences cinématographiques en se concentrant sur l'animation 3D et les effets spéciaux à Nice. Depuis 2005, il travaille dans le domaine des graphismes 3D et de l'animation. Depuis 2010, il travaille en tant qu'artiste indépendant. Dans ses photographies numériques et analogues, ses impressions et numérisations 3D, il traite des frontières, de l’«entre-deux» et de la sécurisation de traces fragiles - que reste-t-il d'un objet, après sa transformation numérique au réel?

Karen Fritz (née en 1988 à Sarrebruck) a obtenu en 2018 une maîtrise en beaux-arts de HBKsaar. Ses installations et ses sculptures cinétiques traitent le temps et l’espace comme des processus directement tangibles et dynamiques. Elle soumet des matériaux naturels, tels que la roche, le sable et l’eau à des réactions qui se manifestent en dernier lieu par des odeurs et des bruits. Les transformations cachées, les cycles invisibles et les contraires peuvent être visuellement expérimentés de cette manière. Plus récemment, ses installations ont été exposées dans le jardin germano-français de Sarrebruck.
Sarah Niecke (née en 1984 à Sarrebruck) étudie les beaux-arts au HBKsaar depuis 2015. Dans son travail, elle traite de processus sociétaux, affectifs et intellectuels, qu’elle cherche à dissocier dans leur évidence et leur incontestabilité quotidiennes. Dans ses installations, ses photographies et ses vidéos, elle joue avec l'instabilité de différentes réalités. Elle confronte les observateurs avec des expériences d'altérité qui ne sont pas de simples appendices d'une réalité, mais laissent plutôt entrevoir l'indisponibilité du réel. En 2017, elle a été honorée pour ses travaux avec le prix Peter Luise Hager et le prix Opus Photo à Trèves.

Artmix
Artmix a été créé en 2005 en tant que projet commun du ministère de la Culture du Luxembourg et du Département de la culture de Sarrebruck dans le but de promouvoir un transfert artistique et culturel entre Sarrebruck et le Luxembourg. Artmix crée une plate-forme de rencontre pour les artistes des deux pays. Outre les expositions présentées à la galerie d'art Konschthaus Beim Engel à Luxembourg et à la Saarländische Galerie à Berlin, un catalogue commun sera publié.