Back to top
Annexes du Château de Bourglinster

Le 27 avril 2016, la réunion de réflexion sur le secteur du livre a eu lieu dans les Annexes du Château de Bourglinster. Cette rencontre, qui réunissait 40 personnes du secteur du livre représentant les acteurs de la chaîne du livre, les institutions et les centres culturels, a été l’occasion d’examiner de près l’état actuel du secteur du livre, d’identifier ses besoins et de déterminer ses objectifs afin de réfléchir ensemble aux moyens pour les atteindre.

Sujets :

  • Quels sont actuellement les grands défis du secteur du livre au Luxembourg ? 
  • Quelles sont vos attentes à l’égard des Assises culturelles qui se tiendront au cours de l’année 2016 ? Selon vous, quels messages devront ressortir de ces Assises ? Quelles suites devront être réservées aux Assises ? 


Synthèse des discussions :
 
Question 1 : Quels sont actuellement les grands défis du secteur du livre au Luxembourg ?
 

  • Subventionnement à la création artistique : 
    • réforme du système de subventions :
      • subsides pour les livres de non-fiction ; le lectorat/le marketing/l’imprimerie ; les tournées de plusieurs mois des auteurs ; les livres audio ;
      • subventions plus conséquentes à plus long terme ;
      • aide au développement des Journées du livre et du droit d’auteur ;
      • adaptation de la prime à la publication aux besoins du secteur ;
      • réévaluation des subventions pour le théâtre, la prose et la poésie ;
      • meilleure prise en compte des livres de non-fiction ;
      • subventions pour tous les acteurs de la chaîne du livre ;
      • augmentation de la transparence ;
      • réduction des délais.
        • création d’une agence culturelle de promotion en charge des subventions de tous les secteurs culturels et de l’organisation de résidences au Luxembourg ;
        • amélioration du dispositif d’aide à la traduction (subventions pour les traductions français-allemand notamment pour viser le marché de la Grande-Région, promotion de la traduction en anglais,  promotion de la traduction dans une langue cible fixée pour une durée d’un an, workshops pour des traducteurs étrangers, création de résidences avec mission de traduction). 

 

  • Professionnalisation du secteur : 
    • Structures et plate-formes :
      • création d’une plate-forme centrale de stockage et d’échange d’informations ;
      • création d’une institution faisant le lien entre le ministère et les acteurs culturels ;
      • nécessité d’une représentation des auteurs ;
      • modernisation et professionnalisation des Walfer Bicherdeeg ou création d’une nouvelle Foire du livre internationale professionnelle au Luxembourg.
      • développement du système de prêt de livres électroniques dans les bibliothèques ;
      • définition d’un barème pour la rémunération des auteurs ;
      • ouverture des maisons d’édition luxembourgeoises aux écrivains étrangers ;
      • recherche d’une solution à la problématique du multilinguisme dans les bibliothèques ;
      • développement des ressources humaines. 
    • Formation :
      • professionnalisation des métiers du secteur ;
      • aide à la formation continue. 
    • Synergies :
      • développement des synergies entre les acteurs du secteur culturel. 
    • Défis technologiques :
      • mise à disposition de moyens professionnels pour relever le défi technologique ;
      • stratégie nationale en matière d’e-books. 
    • Marché du livre :
      • recherche d’une solution à la précarité économique du secteur ;
      • mêmes règles de concurrence pour les libraires nationaux et internationaux ;
      • stratégie pour pouvoir rivaliser avec les grandes sociétés internationales ;
      • recherche d’une solution à la problématique des langues et du marché restreint ;
      • statistiques sur l’emploi dans le secteur du livre. 
    • Droits d’auteur :
      • protection des droits d’auteur et de la propriété intellectuelle ;
      • renforcement de la Luxorr ;
      • développement et soutien du projet LORD. 

 

  • Valorisation du secteur : 
    • nécessité d’une meilleure valorisation de la création littéraire et de la propriété intellectuelle ;
    • reconnaissance du secteur comme un marché économique générant des bénéfices ;
    • développement de la promotion des auteurs dans les médias.

 

  • Promotion de la langue luxembourgeoise : 
    • création d’une orthographie luxembourgeoise basée sur des critères scientifiques. 

 

  • Promotion de la création artistique : 
    • création d’une agence de promotion du livre au niveau national et international indépendante du ministère de la Culture (exemple Music LX).Mission de cette agence : gestion des subsides, promotion du secteur au niveau national et international, marketing des auteurs, coordination et représentation du secteur, développement des partenariats internationaux, élaboration d’une nouvelle formule pour les Walfer Bicherdeeg, présences aux foires internationales, organisation de résidences.

 

  • Numérisation : 
    • développement d’une stratégie nationale pour relever le défi du numérique ;
    • lancement d’une étude sur l’impact du numérique ;
    • soutien du développement du livre audio. 

 

  • Éducation à la culture : 
    • sensibilisation des jeunes aux métiers de la chaîne du livre ;
    • sensibilisation des jeunes à la propriété intellectuelle et aux droits d’auteur ;
    • développement des activités de promotion de la lecture et de l’écriture dans les écoles (campagnes littéraires, invitation d’auteurs, ateliers d’écriture) ;
    • développement du matériel pédagogique et de la littérature secondaire ;
    • intégration du livre luxembourgeois dans les programmes scolaires et dans la formation des enseignants;
    • création d’une base électronique de textes luxembourgeois ;
    • sensibilisation des commissions des programmes à la littérature luxembourgeoise ;
    • promotion de la lecture dans la société. 

 

  • Coopération interministérielle : 
    • développement de la coopération avec le ministère de l’Économie, le ministère du Tourisme, le ministère des Affaires étrangères et le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enfance et de la Jeunesse. 

 
 Question 2 : Quelles sont vos attentes à l’égard des Assises culturelles qui se tiendront au cours de l’année 2016 ? Selon vous, quels messages devront ressortir de ces Assises ? Quelles suites devront être réservées aux Assises ?
 

  • Prise de conscience de la valeur de la création intellectuelle et du livre (de fiction et de non-fiction) ;
  • Définition d’une stratégie globale ;
  • Prise de position politique ;
  • Création d’un cadre dans lequel la culture doit évoluer et dans lequel une politique culturelle durable peut se construire ;
  • Considération des demandes du secteur.