Back to top
Annexes du Château de Bourglinster

Le 20 avril 2016, la réunion de réflexion sur le secteur de la musique amplifiée a eu lieu dans les Annexes du Château de Bourglinster. Cette rencontre, qui réunissait 42 personnes du secteur, représentant les artistes, groupes, management, associations, institutions et centres culturels, a été l’occasion d’examiner de près l’état actuel du secteur, d’identifier ses besoins et de déterminer ses objectifs afin de réfléchir ensemble aux moyens pour les atteindre.

Sujets :

  • Quels sont actuellement les grands défis du secteur de la musique amplifiée auLuxembourg ? 
  • Quelles sont vos attentes à l’égard des Assises culturelles qui se tiendront au cours de l’année 2016 ? Selon vous, quels messages devront ressortir de ces Assises ? Quelles suites devront être réservées aux Assises ? 


Synthèse des discussions :
 
Question 1 : Quels sont les grands défis du secteur de la musique classique et contemporaine au Luxembourg ?
 

  • Export / diffusion 
    • Le manque de professionnalisme général au LU explique l’absence d’agents disposant de contacts pour pénétrer le marché extérieur ;
    • Plus de participation des structures et organisateurs LU aux réseaux internationaux ;
    • Plus de participation des salles de concerts aux programmes d’échanges internationaux ;
    • Améliorer la diffusion de la musique LU dans les médias nationaux (à l’aide d’un système de quotas). 

 

  • Financement / subventions 
    • Fixer un cachet minimum par artiste / représentation ;
    • Adapter les aides financières aux besoins des artistes (cf : bourse d’aide à la création, bourse développement de carrière) ;
    • Introduction d’un « congé de création » ou réintroduction du congé culturel ;
    • Égalité de traitement entre les styles musicaux (classique vs. jazz vs. pop/rock/électro) ;
    • Réorienter les dépenses publiques en faveur d’un soutien plus prononcé de structures d’encadrement, de managers, bookers, agences etc. ; exemple : Initiative Musik (DE) ;
    • Réorienter les dépenses publiques en faveur d’un soutien plus prononcé des artistes et asbl (au lieu des institutions) ;
    • Développer l’offre des résidences d’artistes ;
    • Création d’un cadre d’élite (cf. sports) avec un soutien renforcé ;
    • Soutenir davantage la création vidéo ;
    • Créer un fonds d’investissement culturel de l’État. 

 

  • Professionnalisation et promotion du secteur 
    • Création d’un Music Fund afin de faciliter la création d’entreprises culturelles et créer les conditions favorables au développement d’une industrie musicale, (soutien des entreprises privées) exemple : FilmFund ;
    • Coopération du MC avec le ministère de l’Économie ;
    • Meilleure promotion des artistes LU dans les médias ;
    • Création d’un centre de ressources pour le jazz (information, accompagnement) exemple : M+R Rockhal ;
    • Faire le bilan sur la pertinence du travail et des missions de music:LX ;
    • Création d’un guichet unique de renseignement et de soutien juridique pour musiciens ;
    • Soutien par le MC de structures de management ;
    • Mettre en place une « Rockschool » ;
    • Reconnaissance auprès de l’ADEM des métiers de la musique ;
    • Création d’un lobby d’artistes de musique amplifiée ;
    • Favoriser davantage les échanges et les synergies entre travailleurs culturels ;
    • Offrir des formations aux métiers de l’entourage professionnel des artistes (agents, managers, avocats, etc.). 

 

  • Éducation culturelle / Enseignement 
    • Favoriser l’encouragement de la pratique musicale dans les maisons relais ;
    • Sensibilisation des élèves aux métiers de musicien et aux autres métiers de la musique dans les écoles ;
    • Sensibilisation des élèves aux musiques actuelles luxembourgeoises ;
    • Création d’une spécialisation à la culture dans les études universitaires ;
    • Offrir une formation marketing/communication dans les conservatoires ;
    • Coopération plus étroite entre MC et MENJE. 

 

  • Politique culturelle 
    • Favoriser davantage de complémentarité au niveau de la programmation des salles ;
    • Abolition de la RTS (retenue d’impôt sur les traitements et salaires) ;
    • Faire un état des lieux de la scène => statistiques ;
    • Créer un « observatoire de la musique » ;
    • Réévaluer la législation en termes de propriété intellectuelle et de droits voisins ;
    • Les institutions culturelles régionales doivent être un tremplin pour une carrière nationale / internationale. 


Question 2 : Quelles sont vos attentes à l’égard des Assises culturelles qui se tiendront au cours de l’année 2016 ? Selon vous, quels messages devront ressortir de ces Assises ? Quelles suites devront être réservées aux Assises ?
 

  • Création d’un comité de suivi pour l’organisation de prochaines assises ;
  • Revalorisation de la culture au Luxembourg à travers une participation politique plus prononcée ;
  • La part du Budget de l’État destiné à la culture devrait atteindre le 1 % ;
  • État des lieux / statistiques à Plan de développement culturel ;
  • Gouvernance participative et transparente ;
  • Augmentation du personnel qualifié au MC.