Back to top
Author: liz.wolteralac.lu
Auteur
Pablo Chimienti

La nouvelle plate-forme de vidéo à la demande Sooner.lu met 5’000 films, dont 1’700 en accès illimité et 300 « Made in/with Luxembourg », à portée de clic.

Netflix, Amazon Prime Video, Disney+ et les autres plates-formes de vidéo en streaming ont désormais une petite sœur grand-ducale : Sooner.lu. Depuis le 1er janvier, l’ancien site de vidéos à la demande VOD.lu a laissé place à cette nouvelle plate-forme repensée, agrandie et disponible désormais par abonnement, le tout mis en place comme son prédécesseur, par UniversCiné.
Déjà présent en Allemagne, Belgique, Autriche et Suisse, Sooner débarque donc au Luxembourg avec un catalogue de quelques 5’000 films. Inutile de chercher ici la dernière série Netflix ou le dernier blockbuster hollywoodien, mais la structure propose une importante offre de films indépendants européens et internationaux. « Nous voulons enrichir la mémoire cinéphile de nos abonnés, leur offrir une infinité́ d’autres regards sur le cinéma », explique le créateur d’UniversCiné Luxembourg, Maxime Lacour. « Nous souhaitons donner au public la possibilité́ de voir et revoir le meilleur du cinéma mondial, mais aussi des films qu’il n’aurait sans doute jamais pu découvrir autrement », ajoute-t-il.

De nombreuses pépites internationales au catalogue

Parmi les pépites présentes au catalogue Sooner : Snowpiercer de Bong Joon-Ho, Grave de Julia Ducournau, Rundskop de Michaël R. Roskam, Incendies de Denis Villeneuve, Ema de Pablo Larrain, Kings de Deniz Gamze Ergüven, Pinocchio de Matteo Garrone ou encore Her de Spike Jonze. Mais aussi des films devenus classiques : Solaris d’Andreï Tarkovski, Paris-Texas de Wim Wenders ou encore Eraserhead de David Lynch.
Parmi les 5’000 films sur le site, 1’700 sont disponibles en accès illimité. Il faut prévoir 7,99 euros par mois pour un abonnement « Essential », donnant accès au catalogue de la plate-forme sur un écran – 6,99 euros pour les étudiants – ou 9,99 euros par mois pour l’abonnement « Family » donnant accès au même catalogue mais avec la possibilité d’utiliser jusqu’à 4 écrans en simultané. Il existe également un abonnement « Premium » qui, pour 14,99 euros par mois, donne accès, sur 4 écrans en simultanée, au catalogue par abonnement, ainsi qu’à 3 tickets « nouveautés » par mois à utiliser, au choix, parmi les autres 3’300 films disponibles sur la plate-forme. Des tickets qui sont par ailleurs disponibles à l’unité « à un tarif dégressif, en fonction de l’ancienneté du programme » peut-on lire dans les informations de la structure, entre 2,99 et 4,99 euros par location.


La crème du cinéma luxembourgeois

Pour couronner le tout, le cinéphile grand-ducal trouvera dans Sooner.lu, un accès facile à 300 films produits ou coproduits par le Luxembourg. Des longs, des moyens et des courts-métrages sont au programme ; des fictions, des documentaires, des films d’animation sont désormais à l’affiche de façon permanente. Aucun secteur, aucun style, aucune durée n’a été négligé. Superjhemp Retörns de Félix Kock, Doudege Wénkel et Eng Nei Zeit de Christophe Wagner, Gutland de Govinda van Maele, D’Symmetrie vum Päiperlek de Paul Scheuer et Maisy Hausemer, Hot Hot Hot de Beryl Koltz, Mammejong de Jacques Molitor, Baby(a)lone de Donato Rotunno, Peitruss de Max Jacoby, Sawah d’Adolf El Assal, Schatzritter de Laura Schroeder mais aussi un vaste choix de réalisations d’Andy Bausch - aussi bien ses fictions : Rusty boys, Le club des chômeurs, Back in trouble… que ses documentaires : Intierryview, D’Belle Epooque, Sixty8, Lost in the 80’s… -  sont désormais à portée de main. Le très reconnu et primé secteur grand-ducal de l’animation est également présent : Croc-Blanc, Pachamama, Drôles de petites bêtes, Le Chant de la mer, Ernest et Célestine, Le Congrès ou encore Fritzi sont déjà présents dans l’offre de Sooner.lu, tout comme des coproductions de prestige : Secrets of War, The Renegade, Noces, Boule et Bill, La Volante, Tel Aviv on Fire, Le Tout Nouveau testament, mais aussi le tout récent Skin Walker ou encore l’actuel candidat pour la France aux Oscars, Deux, coproduit par Tarantula Luxembourg.
Et pour les plus curieux, une cinquantaine de courts et de moyens métrages, à revoir avec le recul, bien souvent comme des œuvres de jeunesse des réalisateurs luxembourgeois.

Une promotion internationale pour la production nationale

« Il était impératif pour le secteur luxembourgeois de disposer d’une plate-forme où les productions et les coproductions nationales puissent se présenter au grand public de manière structurée et être visible par un public luxembourgeois en premier lieu, mais également international » souligne Yann Tonnar, le président de la Filmakademie. Guy Daleiden, directeur du Film Fund Luxembourg, abonde en ce sens : « La plateforme Sooner.lu répond à un réel besoin de distribution et de promotion des productions en SVOD (subscription video on demand). Cette plateforme permettra une meilleure visibilité́ des films et talents luxembourgeois tant au niveau national qu’européen au travers de plateformes partenaires comme Sooner.be et Sooner.de »
À toutes les propositions déjà disponibles, les responsables du site comptent ajouter régulièrement des dizaines de nouveaux films chaque mois. Ils prévoient également de compléter, dès cette année, l’offre cinéma par une sélection de séries européennes.
De quoi allécher cinéphiles, cinéphages et bingwatchers ! Et pour les plus hésitants, Sooner.lu propose non seulement 14 jours d’essai gratuit, mais aussi la possibilité d’annuler son abonnement à tout moment.

Pour plus d’informations : www.sooner.lu