Back to top
Author: stephan.schuster
Auteur
Ministère de la Culture

Réunis le 23 mai 2019 à Bruxelles pour le volet culturel du Conseil «Éducation, jeunesse, culture et sport», les ministres de la Culture et les ministres de l’Audiovisuel se sont penchés sur le développement et l’encouragement des jeunes générations créatives, ainsi que sur l’important sujet de la lutte contre la désinformation.

Adoptant des conclusions sur les jeunes générations créatives, celles-ci rappellent que «les enfants et les jeunes sont confrontés à de nombreux défis dans le contexte actuel de la mondialisation» et qu’«il est donc important qu'ils comprennent les valeurs et la diversité culturelles, puisqu'ils se préparent à vivre en tant que citoyens du monde.» Il faut dès lors les soutenir pour acquérir les nouvelles compétences dont ils ont besoin pour y faire face, c’est-à-dire aussi bien les compétences artistiques et créatives, que les compétences numériques, les compétences linguistiques ou encore les compétences entrepreneuriales. Constatant qu’il faut adopter une approche plus stratégique, les conclusions proposent dès lors un certain nombre d’actions possibles selon cinq axes prioritaires, tels que la promotion du meilleur accès à la culture et de la participation des enfants et jeunes à la culture, le renforcement de la coopération transsectorielle et la favorisation de l’émergence de nouveaux talents.

Au cours d’un débat d’orientation sur la lutte contre la désinformation au rétablissement de la confiance des citoyens de l’UE vers les médias, les ministres ont souligné l’importance que le sujet soit thématisé également au niveau du Conseil des ministres de la Culture et de l'Audiovisuel. À quelques jours des élections européennes, l’actualité des mesures déjà prises pour lutter contre la désinformation et assurer la qualité et le pluralisme des médias, de même que les moyens par lesquels la coordination entre les États membres et les institutions européennes pourrait être resserrée en vue de répondre aux défis actuels, ont été des points sur lesquels les ministres ont particulièrement échangé. Alors que le problème est reconnu en tant que tel par tous les États membres, la lutte contre la désinformation en ligne est très complexe: où s’arrête la désinformation et où commence le journalisme partisan, la satire, parodie etc.? Et qui doit l’évaluer? Comment réagir de manière efficace sans mettre en péril la liberté d’expression et le pluralisme d’opinion? etc. Dans son intervention, Sam Tanson a rappelé que cette lutte contre la désinformation sera de longue haleine et a souligné l’importance d’agir collectivement pour l’endiguer. Saluant les efforts déjà réalisés, elle a insisté sur la nécessité de continuer à faire le bilan des mesures prises, tout en préservant la liberté de la presse, élément fondamental le plus important à respecter.

À noter finalement que le Conseil a également adopté des conclusions sur une meilleure diffusion transfrontière des œuvres audiovisuelles européennes, l'accent étant mis sur les coproductions.