Back to top
Author: stephan.schuster
Auteur
Ministère de la Culture
Renelde Pierlot (en arrière-plan à gauche) pendant une répétition de "Voir la feuille à l´envers"

Connue pour ses spectacles interactifs, la jeune metteuse en scène Renelde Pierlot donne un aperçu de ses productions inhabituelles et explique ses motivations de vouloir créer un miroir de la société, qui permet au spectateur de mieux la comprendre et dénoncer ses failles.

En général, la mise en scène au théâtre est vue comme l'organisation des différents éléments scéniques d'une pièce de théâtre, comme p.ex. le jeu des acteurs, le décor et a lumière. La metteuse en scène Renelde Pierlot y voit bien plus.

Pour elle, le théâtre est son moyen d'expression préféré pour raconter des histoires. Un acteur de théâtre joue avec une énergie complètement différente à chaque fois, ce qui rend le théâtre plus vivant qu'un film. Souvent, un metteur en scène prend un texte qui existe déjà et raconte l'histoire de son propre point de vue. Renelde Pierlot préfère souvent raconter des histoires qui n'existent pas encore et veut thématiser des choses qui lui tiennent au cœur. Elle implique ses acteurs dès l'écriture des textes. Et ainsi le un projet nait de l'intelligence collective avec une approche démocratique pour diriger l’équipe.

Des recherches approfondies

La metteuse en scène effectue un travail préparatoire approfondi pour ses pièces, dont le public ne se rend pas compte. La plupart des gens pensent qu'un metteur en scène aide seulement les acteurs à développer leur personnage ou leur dit comment se déplacer sur scène. Renelde Pierlot décide d'abord d'un thème et se lance ensuite dans des recherches approfondies, qui peuvent prendre un à deux ans. Ce n'est qu'ensuite qu'elle cherche un lieu de représentation et s’entoure d’une équipe d'acteurs, de scénographes, de techniciens lumière et son, etc. Sur la base du matériel qu'elle a déjà recueilli, elle improvise la pièce avec les acteurs jusqu'à ce que la version finale de la pièce soit établie. Pour quelques pièces, elle est accompagné d'un auteur qui met en forme les improvisations des acteurs.

En fait, avant de commencer ses études, elle ne savait pas, si elle voulait étudier l'art dramatique ou la mise en scène. Finalement, elle a étudié l'art dramatique au Conservatoire de Liège de 2007 à 2012. Le Conservatoire lui a offert la possibilité de développer ses propres projets de scène pendant ses études et met l'accent sur le développement de la singularité créatrice des étudiants.

Une expérience décisive au théâtre

Une expérience théâtrale dans son enfance a particulièrement renforcé ses aspirations professionnelles. Aux Rotondes, une pièce de théâtre sur les immigrants y a été jouée avec une mise en scène spéciale. Diverses biographies d'immigrants étaient exposées à l'entrée de la pièce. Chaque spectateur a été invité à choisir une biographie. Renelde Pierlot avait choisi l'histoire d´immigration d'un autre enfant. Á différentes stations sur le site, le public pouvait vivre la souffrance personnelle de leur immigrant à travers des scènes de théâtre.  Pour Renelde Pierlot, cette expérience a été formatrice et a contribué de manière significative au fait qu'aujourd'hui encore, elle aime aborder des sujets considérés comme désagréables sur scène avec des mesures inhabituelles. C'est le moteur de son travail : „Je crois encore toujours que le théâtre a le pouvoir de contribuer au changement de la société.“

L'implication du public

Elle aime mettre en scène des pièces qui impliquent le public. En 2014, ensemble avec l'actrice Frédérique Colling et l'acteur Brice Montagne, elle a même fondé sa propre compagnie  „Les Frerebri(des)“ pour se donner un cadre pour leurs projets inhabituels. Dans la pièce „Famille(s)“, les FreReBri(des) proposent en 2017 aux spectateurs de choisir la continuation de la pièce de manière interactive. Pour une heure trente de spectacle vu par le public, ils doivent en réalité écrire à peu près 12 heures de texte. Normalement pour un spectacle classique, un acteur suit pratiquement toujours le même trajet émotionnel. Mais avec des tournures imprévisibles pour chaque personnage, c’est une toute autre gymnastique émotionelle pour les acteurs pour veiller à ce que les variations correspondent encore toujours au caractère du personnage.

„Robert(s)“ de 2019 met en scène quatre personnages face à l’urgence climatique et implique les spectateurs de sorte, qu'ils pédalent sur douze vélos, qui créent de l’énergie pour la lumière de la pièce.

La pièce „Voir la feuille à l'envers“, qui est montré au théâtre d'Esch ce weekend, a été développé en 2019 pour le Théâtre des Capucins. Dans l’ère de l’hypersexualisation, nombreux sont ceux qui sont encore marginalisés, comme des personnes avec un handicap physique ou mental, des personnes âgées ou encore des personnes incarcérées. Renelde Pierlot a mis en scène un spectacle immersif avec trois séquences sous forme de triptyque, qui se déroulent en simultané dans différents lieux du théâtre. Le spectateur découvre les problématiques intimes de ces personnes. Pour voir l'ensemble de la pièce, les spectateurs, qui sont divisés en groupes, doivent suivre les trois séquenes l'une après l'autre. Les acteurs changent d'une séquence à l'autre, ce qui rend l'ensemble encore plus dynamique. En raison de la nature du lieu, Renelde Pierlot propose juste deux de ses parcours déambulatoires au théâtre d´Esch. Les spectateurs vivent le monde intime de la sexualité des personnes handicapées et âgées en compagnie des protagonistes avec toute distance sanitaire gardée. Les acteurs portent tous des masques, ce qui se prête à ce sujet sans sembler perturbant.

Pour Renelde Pierlot, des projets ont également été annulés à cause du coronavirus. Mais elle était soulagée que le ministère de la Culture ait pris des mesures aussi rapidement. La crise lui semble plus dure pour les artistes qui n'ont pas de statut d'artiste indépendant ou d'intermittent du spectacle. Elle a passé le temps sans spectacles et répétitions à faire des recherches pour de nouveaux projets. Elle a également travaillé comme volontaire dans la blanchisserie de la prison, ce qui a été une expérience intéressante pour découvrir d'autres facettes de la société. Il est important pour elle d'être active, non seulement en tant qu'artiste, mais aussi en tant que citoyenne et de donner simplement quelque chose en retour à la société.