Back to top
Author: stephan.schuster
Auteur
Ministère de la Culture

(de g. à dr.) Jo Kox, premier conseiller de gouvernement, ministère de la Culture ; Sam Tanson, ministre de la Culture

Le 27 avril 2020, la ministre de la Culture, Sam Tanson, a mené un échange avec les fédérations représentant les artistes professionnels indépendants et les intermittents du spectacle du Luxembourg sur les défis et menaces dans le contexte de la pandémie du COVID-19.

Le secteur culturel était représenté par:

  • Justine Blau, secrétaire de l'Association des artistes plasticiens du Luxembourg (AAPL)
  • Claude Lahr, président de l'Association luxembourgeoise des réalisateurs et scénaristes (LARS)
  • Sophie Langevin, présidente de ACTORS.lu
  • Marc Limpach, président de la Commission consultative prévue par la loi du 19 décembre 2014
  • Yasin Özen, coordinateur de l'Union luxembourgeoise des associations du secteur culturel (ULASC)
  • Carlo Thiel, président de l'Association des techniciens audiovisuels (ALTA)
  • Peggy Wurth, présidente de l'Association luxembourgeoise des professionnels du spectacle vivant (ASPRO)

En premier lieu, la ministre a salué l'engagement dont font preuve les différentes fédérations qui, face à la crise du COVID-19, se sont réunies au sein du regroupement ad hoc formant l'Union luxembourgeoise des associations du secteur culturel, représentant de facto 425 membres, artistes, créatifs et techniciens du secteur culturel.

Les échanges ont porté sur le catalogue de doléances établi par les fédérations et le sondage effectué auprès de leurs membres respectifs qui, en tant que professionnels du secteur culturel, comptent parmi les premiers affectés par les mesures sanitaires liées à la lutte contre le COVID-19.

Au-delà des inégalités causées par l'absence d'un statut économique universel pour le travail dans le secteur culturel, la vidéoconférence a permis d'aborder les mesures prises par le ministère de la Culture face à la crise actuelle, dont notamment une adaptation des conditions pour entrer dans le bénéfice des mesures sociales prévues par la loi modifiée du 19 décembre 2014. Saluées par les fédérations, ces mesures sont cependant jugées insuffisantes pour protéger les professionnels du secteur culturel contre les conséquences d'une inactivité économique prolongée.

Sam Tanson a précisé que les réflexions ministérielles sur un tel statut, entamées déjà bien avant la crise actuelle seront poursuivies et les travaux sur les mesures de soutien perpétués. De même, elle a réitéré son appui aux professionnels du secteur culturel en annonçant sa détermination de poursuivre les efforts de soutien dans le dialogue avec les principaux concernés.